Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Got it!
Algorithmique pour l'apprenti programmeur
Last updated on Thursday, December 5, 2013
  • Facile

La notion de complexité

Quand un programmeur a besoin de résoudre un problème informatique, il écrit (généralement) un programme pour cela. Son programme contient une implémentation, c'est-à-dire si on veut une "transcription dans un langage informatique" d'un algorithme : l'algorithme, c'est juste une description des étapes à effectuer pour résoudre le problème, ça ne dépend pas du langage ou de l'environnement du programmeur ; de même, si on traduit une recette de cuisine dans une autre langue, ça reste la "même" recette.

Correction de l'algorithme

Que fait, ou que doit faire un programmeur qui implémente un algorithme ? Comme Haskell le fermier, il doit commencer par vérifier que son algorithme est correct, c'est-à-dire qu'il produit bien le résultat attendu, qu'il résout bien le problème demandé. C'est très important (si l'algorithme ne fait pas ce qu'on veut, on n'a pas besoin de chercher à l'optimiser), et c'est parfois l'étape la plus compliquée.

Dans la pratique, la plupart des informaticiens "font confiance" à leurs algorithmes : avec un peu d'habitude et pour des problèmes abordables, un programmeur expérimenté peut se convaincre qu'un algorithme fonctionne correctement, ou au contraire trouver un problème s'il y en a ("et que se passe-t-il si tu as un nombre impair de grenouilles ?"). L'approche plus 'sérieuse' consiste à écrire une preuve que l'algorithme est correct. Il y a différents niveaux de preuves, mais ils sont tous un peu trop formels pour ce tutoriel, et nous n'aborderons sans doute pas (ou alors très brièvement) cet aspect.

Bien sûr, un algorithme correct ne veut pas dire un programme sans bug : une fois qu'on a un algorithme correct, on l'implémente (en écrivant un programme qui l'effectue), et on est alors exposé à toutes les petites erreurs, en partie spécifiques au langage de programmation utilisé, qui peuvent s'incruster pendant l'écriture du programme. Par exemple, l'algorithme ne décrit pas en général comment gérer la mémoire du programme, et la vérification des erreurs de segmentations et autres réjouissances de la sorte est laissée aux soins du programmeur.

Complexité

Une fois que le programmeur est convaincu que son algorithme est correct, il va essayer d'en évaluer l'efficacité. Il veut savoir par exemple, "est-ce que cet algorithme va vite ?".
On pourrait penser que la meilleure façon de savoir ce genre de choses est d'implémenter l'algorithme et de le tester sur son ordinateur. Curieusement, ce n'est généralement pas le cas. Par exemple, si deux programmeurs implémentent deux algorithmes différents et mesurent leur rapidité chacun sur son ordinateur, celui qui a l'ordinateur le plus puissant risque de penser qu'il a l'algorithme le plus rapide, même si ce n'est pas vrai. De plus, cela demande d'implémenter l'algorithme avant d'avoir une idée de sa rapidité, ce qui est gênant (puisque la phase d'implémentation, d'écriture concrète du code, n'est pas facile), et même pas toujours possible : si le problème que l'on veut résoudre est lié à une centrale nucléaire, et demande d'utiliser les capteurs de la centrale pour gérer des informations, on peut difficilement se permettre d'implémenter pour tester en conditions réelles tous les algorithmes qui nous passent par la tête.

Les scientifiques de l'informatique ont créé pour cela un outil extrêmement pratique et puissant, que nous étudierons dans la suite de ce tutoriel : la complexité algorithmique. Le terme de 'complexité' est un peu trompeur parce qu'on ne parle pas d'une difficulté de compréhension, mais d'efficacité : "complexe" ne veut pas dire "compliqué". Un algorithme de forte complexité a un comportement asymptotique (le mot est expliqué dans la prochaine section) moins efficace qu'un algorithme de faible complexité, il est donc généralement plus lent. Mais on peut avoir des algorithmes à très faible complexité qui sont extrêmement compliqués.

L'idée en deux mots de la complexité algorithmique, c'est :

Citation

si je donne à mon programme une entrée de taille N, quel est l'ordre de grandeur, en fonction de N, du nombre d'opérations qu'il va effectuer ?

Elle repose sur le fait que les programmes qui résolvent un problème dépendent des conditions du problème : si les conditions changent, ils peuvent s'effectuer en plus ou moins de temps. La complexité permet de quantifier (mettre une formule mathématique) la relation entre les conditions de départ et le temps effectué par l'algorithme.

Pour "compter les opérations", il faut décider de ce qu'est une opération. À cette question, les sages scientifiques n'ont pas pu répondre définitivement, parce que le choix dépend du problème (et même de l'algorithme) considéré. Il faut en fait choisir soi-même quelques petites opérations que l'algorithme effectue souvent, et que l'on veut utiliser comme opérations de base pour mesurer la complexité. Par exemple, pour faire une omelette, on peut considérer que les trois opérations de base sont de casser un oeuf, de battre un oeuf en omelette, et de faire cuire un oeuf battu en omelette. On peut donc pour chaque recette compter le nombre d'oeufs cassés, cuits et battus, et avoir ainsi une idée de la complexité de la recette (l'omelette étant un plat bien connu et codifié, on peut s'attendre à ce que toutes les recettes aient la même complexité : pour N oeufs, on effectue 3N opérations) : l'ajout de sel, poivre ou herbes est très rapide, et n'a pas besoin d'être pris en compte dans l'analyse de la complexité (donc indirectement des performances de ma recette).

Par exemple, dans le cas de Haskell le fermier, on peut dire que pour N rangées de grenouilles, il a besoin avec sa vieille méthode d'environ N2 déplacements de camion, et seulement de N déplacements avec la nouvelle. C'est une bonne mesure de la complexité, car le déplacement du camion est vraiment l'opération importante à prendre en compte : c'est la plus longue des opérations simples (sortir une grenouille, choisir un lieu, etc.) qu'il effectue : on peut donc s'attendre à ce que le temps total soit quasiment exactement le temps passé en déplacement de camion, que l'on peut donc relier directement aux performances globales de son algorithme.

Ne vous inquiétez pas si cette notion est toujours un peu floue pour l'instant, vous l'assimilerez sans doute mieux avec les deux exemples concrets dans le chapitre suivant. ^^

Mesure 'asymptotique'

J'ai dit que la complexité était une mesure du comportement asymptotique de l'algorithme. Que veut dire ce mot compliqué ?

Il veut dire "quand l'entrée devient très grande" (voire même "tend vers l'infini"). "entrée" désigne ici la quantification des conditions de départ de l'algorithme. Dans le cas de Haskell le fermier, cela voudra dire "quand il y a beaucoup de rangées de grenouilles", par exemple 200. En informatique, "beaucoup" a un sens légèrement différent : un moteur de recherche dira "quand il y a beaucoup de pages web", comme par exemple, 100 milliards...

Il y a deux conséquences (qui sont en fait liées aux fondements mathématiques de la notion de complexité, qui ne seront pas abordés ici). D'une part, les temps constants ne sont pas pris en compte. On appelle "temps constants" les délais qui ne dépendent pas de l'entrée. Par exemple, si avant d'emmener ses grenouilles en vacances, Haskell le fermier remet de l'huile de tournesol dans son camion, le temps de remplissage de son réservoir est considéré "constant" : qu'il aie 10 ou 100 rangées de grenouilles, cela met autant de temps. Comme on considère l'efficacité de l'algorithme quand il y a "beaucoup" de grenouilles, le temps de remplissage du réservoir sera négligeable devant le temps de déplacement des grenouilles.

D'autre part, les "facteurs multiplicatifs constants" ne sont pas non plus pris en compte : la mesure de la complexité ne fait pas la différence entre un algorithme qui effectue (en fonction de N) N, 2N ou 157N opérations.

Pourquoi cette décision ? Considérez les deux algorithmes suivants, dépendant de N :

faire N fois l'opération A
faire N fois (l'opération B puis l'opération C)

Dans le premier cas, on fait N fois l'opération A, et dans le deuxième cas on fait au total N fois l'opération B, et N fois l'opération C. En admettant que ces deux algorithmes résolvent le même problème (donc sont corrects), et que toutes les opérations sont prises en compte pour la mesure de la complexité, le premier algorithme fait N opérations et le deuxième 2N.

Mais est-ce que l'on peut dire lequel est le plus rapide ? Pas du tout, car cela dépend des temps mis par les trois opérations : peut-être que B et C sont tous les deux quatre fois plus rapides que A, et que globalement c'est donc l'algorithme en 2N opérations qui est le plus rapide.

Plus généralement, les facteurs multiplicatifs n'ont pas forcément d'influence sur l'efficacité d'un algorithme, et ne sont donc pas pris en compte dans la mesure de la complexité. Cela permet aussi de répondre à notre question de tout à l'heure : si deux programmeurs ont deux ordinateurs, et que l'un est plus rapide que l'autre, il sera par exemple 3 fois plus rapide en moyenne ; ce facteur constant sera négligé, et les deux programmeurs peuvent donc comparer la complexité de leurs algorithmes sans problème.

On a donc négligé pas mal de choses, ce qui aboutit à une notion plutôt simple et assez générale. Cette généralité fait de la complexité un outil très pratique, mais elle a évidemment des inconvénients : dans certains cas très particuliers, un algorithme plus complexe mettra en réalité moins de temps à s'effectuer (par exemple, les facteurs constants peuvent jouer en réalité un rôle très important : et si le réservoir de Haskell le fermier était énorme et mettait toute la journée à se remplir ?). Cependant, dans la grande majorité des cas, la complexité est une indication fiable des performances de l'algorithme. En particulier, le fait que ce soit une mesure asymptotique veut dire que les écarts entre deux complexités se font de plus en plus importants quand la taille de l'entrée augmente. Un algorithme en N opérations longues sera peut-être un peu plus lent qu'un algorithme en N*N opérations très rapides quand N vaut 10 ou 20, mais pour N = 3000 ou N = 8 millions, l'algorithme le moins complexe sera très certainement le plus rapide.

Notation "grand O"

On a vu que la complexité ne prenait en compte qu'un ordre de grandeur du nombre d'opérations (on néglige des choses). Pour représenter cette approximation on utilise une notation spécifique, la notation O. Par exemple, pour dire que (avec N rangées de grenouilles) la première méthode de Haskell s'effectue en environ N2 opérations, on dit qu'elle a une complexité O(N2). De même, la deuxième méthode, plus rapide, a une complexité O(N).

La notation O est comme un grand sac, qui permet de ranger ensemble des nombres d'opérations différents, mais qui ont le même ordre de grandeur. Par exemple, des algorithmes effectuant environ N opérations, 2*N+5 opérations ou N/2 opérations ont tous la même complexité : on la note O(N) (lire "grand O de N"). De même, un algorithme en (2*N2 + 3*N + 5) opérations aura une complexité de O(N2 ) : on néglige les termes 3*N et 5 qui sont de plus petits degrés que 2N2 , donc croissent moins vite.

Plus généralement, si f(N) désigne une expression mathématique dépendant de la variable N qui représente un nombre (le choix du nom de la variable N est libre : on pourrait aussi la noter par exemple E, P ou R), O(f(N)) désigne la complexité des algorithmes s'exécutant en "environ" (pour une signification bien précise de cet "environ") f(N) opérations.

La signification de la notation O (appelée aussi "notation de Landau") varie légèrement selon les auteurs, et certains utilisent d'autres notations approchantes (par exemple, on peut faire une distinction entre "environ N opérations ou (beaucoup) moins" et "précisément environ N opérations", mais utiliser O pour exprimer précisément la complexité d'un algorithme est une convention commune aux scientifiques du domaine. Si vous décidez de vous spécialiser dans l'algorithmique (ou que vous avez la chance d'étudier les comportements asymptotiques en analyse), il vous faudra sans doute approfondir un peu plus les fondements formels de cette notation, mais cela devrait largement suffire pour ce texte, et plus généralement pour une compréhension solide de la complexité des algorithmes (qui dépend en pratique remarquablement peu des subtilités mathématiques de la notation O).

Complexité en temps, complexité mémoire

On peut faire plusieurs choix pour exprimer le plus précisément possible la complexité d'un algorithme. On a choisi tout d'abord une quantification des conditions d'entrée, par exemple par la variable N (pour N rangées de grenouilles, N pages web, N réacteurs nucléaires, etc.). On peut évidemment choisir un autre nom de variable, mais surtout on peut avoir plusieurs variables différentes. Si on cherche à tondre la pelouse d'un jardin rectangulaire, on exprimera sans doute sa complexité en fonction à la fois de la largeur L et de la longueur R du jardin. De même, si Haskell le fermier avait plus de rangées de grenouilles que de marécages disponibles, il pourrait calculer ses algorithmes en fonction à la fois du nombre N de rangées de grenouilles et du nombre M de marécages.

Mais un autre choix important est celui du type des opérations à mesurer. On a parlé jusqu'ici d'efficacité ou de performances, termes plutôt flous, ou de rapidité. Il faut savoir, et c'est très important, que les programmeurs ne s'intéressent pas uniquement au temps d'exécution de leurs algorithmes. Il peuvent en mesurer bien d'autres caractéristiques, la plus courante étant la consommation mémoire.

C'est aussi une mesure de la complexité. Si par exemple vous avez besoin d'allouer en moyenne N Kilo-octets de mémoire pour un algorithme dont l'entrée est de taille N, la complexité mémoire est en O(N). Plus généralement, on ne connaît pas la taille concrète (en octets) demandée par l'algorithme, mais un ordre de grandeur des structures utilisées : si vous utilisez N tableaux de taille N (par exemple, un par rangée de grenouilles, qui contient le nom de chacune des grenouilles de la rangée) vous avez une complexité mémoire en O(N2 ). Si on remarque qu'on n'a besoin que d'une rangée à la fois, et qu'on n'alloue qu'un seul tableau à la fois au lieu de N en même temps, on a une complexité en O(N).

Il est intéressant en général de mesurer à la fois la complexité en temps (la rapidité d'exécution) et en mémoire (la quantité d'espace occupé pendant l'exécution) de l'algorithme. Dans les cas simples la complexité mémoire est très simple, mais pour des problèmes plus compliqués, elles peuvent interargir de manière très riche : on peut choisir par exemple de sacrifier un peu de rapidité d'exécution pour utiliser moins de mémoire, ou au contraire d'augmenter la vitesse en augmentant la complexité en mémoire de notre algorithme, par exemple en stockant dans un tableau les résultats déjà calculés (c'est le principe de la mise en cache).

Plus les contraintes sur les programmes sont fortes, plus on a besoin d'informations précises. Dans certains domaines de l'informatique on s'intéressera à d'autres caractéristiques, parfois mesurables elles aussi en terme de complexité, des algorithmes. Par exemple, un programmeur pour calculatrice ou système embarqué pourra s'interroger sur la consommation électrique de son algorithme, afin d'économiser la batterie. Dans le cas général, on s'intéressera cependant uniquement aux complexités en temps et en mémoire, et même principalement à la complexité en temps.

Complexité dans le pire des cas

Le nombre d'opérations qu'effectue un algorithme dépend évidemment des conditions de départ. Par exemple, voici un algorithme très simple permettant de savoir si une valeur donnée se trouve ou non dans une liste de valeurs (par exemple "est-ce que j'ai déjà mis la farine dans ma liste de course ?") :

pour savoir si la valeur se trouve dans la liste, on parcourt la
liste, en s'arrêtant si on trouve la valeur recherchée. Si on
a parcouru toute la liste sans rien trouver, c'est qu'elle ne contient
pas la valeur recherchée.

Imaginons que l'élément que l'on cherche ne se trouve pas dans la liste, et que celle-ci est de taille L. Pour vérifier qu'il ne s'y trouve pas, l'algorithme a parcouru tous les éléments de la liste, en comparant chaque élément avec celui que l'on cherche : on a donc effectué L comparaisons. On peut donc dire que notre algorithme a une complexité de O(L). On dit aussi qu'il s'exécute en temps linéaire (car sa progression est linéaire : si on double la taille de la liste d'entrée, il mettra deux fois plus de temps, de même que si on double la longueur d'une ligne droite, vous mettrez deux fois plus de temps à la parcourir).

Mais que se passe-t-il si l'élément recherché se trouve au tout début de la liste ? Par exemple, si "farine" se trouve en premier dans notre liste de course, on s'en apercevra immédiatement et on arrêtera la recherche après avoir fait une opération seulement. Dans d'autres cas on s'arrêtera au bout de 2, 3 opérations, même si la liste contient 5000 éléments.

C'est là qu'intervient la notion de "pire des cas" : quand on calcule la complexité d'un algorithme, on peut considérer que l'entrée donnée est la "pire" possible pour notre algorithme. Ici par exemple, on calculera le nombre d'opérations avec une entrée qui demande le plus grand nombre d'opérations (et non pas juste une ou deux), c'est à dire une liste qui ne contient pas la valeur recherchée.

C'est une sorte de sécurité du point de vue du programmeur : les complexités calculées étant dans le "pire des cas", il sait que ça se passera forcément mieux. De la même façon que les programmeurs web sécurisent leurs applications en se demandant "qu'est-ce que l'utilisateur le plus malicieux pourra entrer comme texte pour pirater mon site ?", l'algorithmicien se demande "quelle est la liste vicieuse qui fera prendre plein de temps à mon algorithme, et combien ?".

Cette méthode permet de mesurer ce qu'on appelle "complexité dans le pire des cas". Dans le cadre de ce tuto, nous nous intéresserons quasi-uniquement à cette méthode de mesure, donc les complexités seront toujours (sauf indication expresse) exprimées dans ce cadre.

L'intérêt pour le pire des cas vient du fait que très souvent, une situation quelconque a un comportement assez proche du pire des cas. Pour notre exemple, supposons que l'élément se trouve effectivement dans la liste, mais qu'il soit placé à une position aléatoire, inconnue du programmeur. Elle a autant de chances de se trouver au début de la liste (donc qui s'arrête très vite), qu'au milieu ou carrément à la fin (on doit alors parcourir toute la liste). En moyenne, on fera donc un demi-parcours par essai : entre un parcours complet et un demi-parcours, il y a seulement un facteur multiplicatif constant, donc c'est équivalent du point de vue de la complexité.

Il existe des algorithmes dont le cas "moyen" et le pire des cas ont une complexité très différente. Dans ce cas, il est possible de faire des études plus approfondies, avec d'autres méthodes de calcul de la complexité, mais ce sujet plus délicat ne sera pas abordé pour l'instant.

Example of certificate of achievement
Example of certificate of achievement