A la découverte d'UNIX (FreeBSD)
Last updated on Tuesday, January 8, 2013
  • 4 semaines
  • Moyen

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Got it!

Installation de PC-BSD

Vous avez bien achevé vos "Préparatifs du voyage" ? Vous pouvez donc essayer PC-BSD. Introduisez votre clé USB ou votre DVD d'installation (réel ou virtuel) dans le lecteur adéquat, et redémarrez l'ordinateur.

A - Le programme d'installation

Après quelques messages système, qui vous disent que le noyau de FreeBSD est chargé avec plusieurs modules complémentaires, la première chose que vous allez voir, c'est le menu de boot :

Image utilisateur

Appuyez juste pour Entrée ou sur 1 pour un démarrage classique. D'autres messages systèmes défilent, puis le programme d'installation démarre :

Image utilisateur

La colonne de gauche vous montre les différentes étapes du processus d'installation : vous allez d'abord indiquer votre langue (Language) puis la disposition de votre clavier (Keyboard). Vous choisirez ensuite quel System installer (PC-BSD ou FreeBSD), indiquerez où et comment l'installer sur votre Disk (réel ou virtuel), avant de définir les utilisateurs (Users), le type de bureau que vous voulez (Desktop) et quelques Applications à installer en même temps que le système. Après un petit récapitulatif (Summary) et une confirmation de votre part, l'Installation proprement dite se fera automatiquement, en fonction de tous vos choix précédents.

Les 4 boutons du bas (1 à gauche et 3 à droite) vous permettent à tout moment de demander de l'aide, d'annuler l'installation, de revenir en arrière ou de continuer.

Je crois que vous n'avez pas besoin de moi pour choisir une langue, un fuseau horaire et votre type de clavier. Le système à installer est PC-BSD. Pour la source d'installation, cochez DVD/USB.

Le partitionnement

Nous arrivons à l'étape un peu délicate : le partitionnement. Comme vous avez préparé le terrain au chapitre précédent, ce sera assez simple. Si vous avez déjà un autre OS sur votre disque dur et si vous ne voulez pas le perdre, ne cochez surtout pas la case "Utiliser un disque entier". Dans mon exemple (voir image ci-dessous), le disque dur s'appelle ada0. Il comporte deux partitions occupées par Linux et un espace libre de 12371MB.

Image utilisateur

Pour installer PC-BSD dans cet espace vide, sélectionnez-le. Sur Mac, choisissez plutôt la partition primaire que vous avez créée avec BootCamp pour FreeBSD.

Vous pouvez définir quelques options. Si votre ordinateur est assez puissant (au moins 2 GB de RAM), je vous recommande le format ZFS, qui présente de nombreux avantages (nous verrons lesquels). Sur PC, évitez le partionnement GPT, qui effacerait vos autres OS. (Je crois que Mac OS X est déjà en GPT, mais vérifiez). Le cryptage des données n'est pas non plus franchement nécessaire et aurait pour effet de ralentir leur lecture. Une fois vos options choisies, cliquez sur le gros bouton + Ajouter et indiquez la taille de votre partition PC-BSD. J'ai mis 12366MB, juste un peu moins que l'espace disque disponible. Cliquez enfin sur Suivant.

Les utilisateurs

Maintenant, vous allez créer plusieurs utilisateurs. En effet, les UNIX sont des systèmes d'exploitations multi-utilisateurs : plusieurs personnes peuvent se connecter à une même machine et travailler dessus. Mais tous n'ont pas forcément tous les droits. Certains ont le droit de lire tel fichier et pas tel autre. D'autres ont le droit de modifier ces fichiers et d'autres encore ne peuvent que les exécuter. Sur tout système UNIX, il y a toujours un utilisateur particulier, qui a tous les droits : l'administrateur, également appelé superutilisateur (TIN TIN TIN !) :zorro: ou encore root : Charlie Root pour les intimes. Ce superutilisateur, bien entendu, c'est vous, vous qui êtes en train d'installer le système. Et ce qu'on vous demande maintenant, c'est de définir le mot de passe de l'utilisateur root. Tapez-le dans chacun des deux cadres en haut de l'écran.

Créez ensuite d'autres utilisateurs. Des utilisateurs ordinaires, cette fois, un pour chaque personne susceptible d'utiliser votre système. Il faut donc au moins un compte pour vous-mêmes.

Mais moi, je n'ai pas déjà un compte ? Celui de root ?

Si. Mais quand je vous dis que root a tous les droits, il a vraiment tous les droits, y compris celui de détruire le système par inadvertance. Il vaut donc mieux vous connecter le moins souvent possible en tant que root : uniquement quand vous avez des tâches d'administration à accomplir. Le reste du temps, vous utiliserez un compte d'utilisateur ordinaire.

Pour chaque utilisateur, donnez-lui d'abord un nom court, en un seul mot, puis son nom complet, et enfin son mot de passe. Le shell est le programme qu'utilisera PC-BSD pour interpréter les instructions de cet utilisateur. Laissez csh, c'est très bien. Vous pouvez maintenant cliquer sur + Ajouter et passer à l'utilisateur suivant. S'il n'y en a plus d'autre, vous pouvez passer au...

Choix du bureau

Vous n'avez peut-être pas l'habitude de choisir le type de bureau que vous utilisez. Avec Windows, il n'y a qu'un seul bureau. Celui-ci :

Image utilisateur

On peut le personnaliser un peu, mais à peine. Sur Mac, c'est pareil : même bureau pour tout le monde. Sous UNIX, par contre, vous avez le choix.

Image utilisateur

KDE est le bureau typique sous PC-BSD. Vous pouvez voir qu'il est pré-coché et c'est lui que je vais vous présenter dans la suite du tutoriel. Mais vous pouvez tout aussi bien choisir GNOME, LXDE (celui qui consomme le moins de RAM) ou Xfce. Vous pouvez même en installer plusieurs (ce sera plus long, bien sûr) et en changer tous les jours. Les voici tous. De gauche à droite : GNOME, Xfce, LXDE et KDE.

Image utilisateurImage utilisateurImage utilisateurImage utilisateurGNOME va bientôt changer du tout au tout. Il est donc inutile que je vous parle davantage de la version actuelle, même si elle est très bien.

Pour KDE, le problème est qu'il inclut beaucoup de logiciels inutiles, qui peuvent ralentir votre installation et encombrer ensuite votre menu des applications. Je vous conseille donc de cliquer sur le petit + à côté de KDE et de décocher tout ce qui vous paraît inutile, comme par exemple la suite bureautique KOffice (moins bien qu'OpenOffice ou LibreOffice), les KDE-Toys, KDE-Games, etc.

Dans le même menu, vous pouvez installer les fichiers de traduction (Base-I18N), pour avoir un système tout en Français, quelques logiciels, et des pilotes pour faire fonctionner des périphériques :

Image utilisateur

Par exemple, si vous avez une imprimante HP, cochez HPLIP. Et si votre carte graphique est de marque nVIDIA, prenez aussi le pilote correspondant. Plus bas, vous trouverez des gestionnaires de fenêtres : des programmes qui gèrent le comportement des fenêtres. Si vous ne savez pas ce que c'est, inutile de vous en préoccuper maintenant : le bureau que vous avez coché plus haut en comporte déjà un, et Fluxbox (un autre) est installé par défaut. Mais si vous en voulez encore davantage, Awesome, IceWM, Openbox, ScrotWM et Window Maker sont à votre disposition.

Le petit marché continue sur l'écran suivant, où on vous propose de télécharger le catalogue des ports et le code-source de FreeBSD (sa recette de fabrication). Prenez les sources : nous en aurons besoin. Le catalogue des ports, par contre, évolue chaque jour et la version présente sur le DVD est sans doute déjà obsolète. Ce n'est donc pas la peine de l'installer. Je vous expliquerai plus tard à quoi sert ce catalogue et comment récupérer la version à jour.

Il est temps de faire le point sur vos choix, dont voici le résumé :

Image utilisateur

Vous pouvez remarquer que la partition de PC-BSD (ada0s3, dans mon cas) a été découpée en zones plus petites : des tranches. On voit ici une petite tranche de 1024MB au format UFS, intitulée /boot. On y trouve les fichiers qui servent au démarrage de PC-BSD. La tranche swap est un "espace d'échange", utilisé quand la mémoire de l'ordinateur est saturée. Les 3 autres tranches : /, /var et /usr, sont au format ZFS. Vous saurez bientôt à quoi chacune correspond. Vos fichiers personnels, comme tout ce qui ne fait pas partie du système de base de FreeBSD, iront sur la grande tranche /usr.

A la fin, retirez votre DVD de son lecteur et redémarrez.

Sous VirtualBox, retirer le disque du lecteur signifie cliquer sur Ejecter le CD/DVD dans le menu Périphériques et le sous-menu Lecteurs CD/DVD.

Image utilisateur

B - Cohabitation avec d'autres OS

S'il n'y a que PC-BSD sur votre disque dur (par exemple parce que vous êtes sous VirtualBox), votre ordinateur redémarre et le lance. Dans ce cas, c'est simple. Vous pouvez passer tout de suite au C.

Par contre, si votre ancien système d'exploitation est toujours présent à côté de PC-BSD, c'est lui qui démarre maintenant. Pour accéder à PC-BSD, il va falloir reconfigurer votre Boot Manager : le programme qui se lance au démarrage de l'ordinateur et qui charge ensuite le système d'exploitation.

Il n'est pas installé sur l'une des partitions dont nous venons de parler mais dans une zone particulière du disque dur qu'on appelle le Master Boot Record (MBR). Il s'agit des 512 premiers octets du disque dur, ceux que l'ordinateur lit en premier quand il boote.

Cohabitation avec Windows

Par défaut, le Boot Manager de Windows ne sait lancer que Windows. Il faut donc le modifier, grâce au programme EasyBCD, à télécharger ici. Quand vous lancez easyBCD, vous voyez cette fenêtre. Dans la liste de gauche, cliquez sur le bouton Add/Remove Entries.

Image utilisateur

Dans le cadre à droite, cliquez sur l'onglet Linux/BSD. C'est comme ça : vus depuis Windows, Linux et UNIX, c'est un peu la même tambouille. ;) Sélectionnez le type FreeBSD/PC-BSD, tapez un nom et indiquez le numéro de la partition où vous venez d'installer PC-BSD. Elle doit être au format Unknown (inconnu, car Windows ne connaît ni l'UFS ni le ZFS). Quand c'est fait, cliquez sur le bouton Add Entry. En cliquant ensuite sur View Settings (en haut à gauche), vous pouvez constater l'apparition d'un second paragraphe mentionnant FreeBSD (ou PC-BSD).

Image utilisateur
Cohabitation avec Linux

Le Boot Manager de Linux s'appelle GRUB. Il faut le configurer pour qu'il détecte FreeBSD. Le tutoriel de drakes00 vous explique tout sur GRUB. En résumé, selon la version de GRUB que vous utilisez, il faut éditer le fichier /etc/grub.d/40_custom s'il existe ou bien le fichier /boot/grub/menu.lst.

Dans ce fichier, repérez le paragraphe consacré à Windows (il contient l'instruction chainloader + 1, indiquant qu'il faut lire le premier octet de la partition de Windows) et faites en un équivalent pour FreeBSD, en remplaçant le numéro de partition (hd quelque chose, ou sd autre chose) par celui de votre partition FreeBSD.

Voici mon 40_custom à moi. Cela peut vous aider :

brice@Acer:/etc/grub.d$ cat 40_custom 
#!/bin/sh
exec tail -n +3 $0
# This file provides an easy way to add custom menu entries.  Simply type the
# menu entries you want to add after this comment.  Be careful not to change
# the 'exec tail' line above.

menuentry "PC-BSD 9" {
        set root='(hd0,1)'
        chainloader +1
}

Pas d'inquiétude à avoir : si vous vous trompez de numéro de partition, FreeBSD ne sera pas détecté mais vous pourrez toujours revenir ici pour arranger ça. ;) Enregistrez le fichier modifié. Selon votre distribution, vous aurez peut-être besoin d'exécuter (en root) la commande update-grub pour que vos modifications soient prises en compte. C'est par exemple inutile sous Fedora mais indispensable sous Ubuntu.

Cohabitation avec Mac OS X

Vous avez installé le boot manager rEFIt au chapitre précédent. Vous n'avez donc plus qu'à choisir BSD dans le menu qu'il vous propose au démarrage de l'ordinateur.

Voila, cette fois, c'est fini. Vous allez pouvoir lancer PC-BSD.

C - Premier démarrage

Votre nouveau système d'exploitation démarre donc pour la première fois. Après les messages systèmes, vous allez choisir la résolution de votre écran et le pilote de votre carte graphique :

Image utilisateur

Le pilote graphique vesa fonctionne à tous les coups mais ce n'est pas le meilleur. En fonction de la marque de votre carte graphique, vous pouvez choisir un pilote plus adapté. Cliquez sur Apply. Votre configuration est testée. Si ça ne va pas, si vous avez choisi un pilote incompatible avec votre carte graphique ou une résolution trop élevée, vous êtes automatiquement ramenés à l'écran précédent pour faire un nouveau choix. Sinon, vous allez pouvoir vous connecter.

Image utilisateur

Cliquez sur votre nom. Avant de saisir votre mot de passe, pensez à choisir votre langue et votre clavier. Ce choix sera mémorisé pour les démarrages futurs. Si vous avez installé plusieurs bureaux ou gestionnaires de fenêtres, vous pouvez aussi choisir celui que vous utiliserez aujourd'hui. L'icône bleue à droite permet d'activer quelques options d'accessibilité, tandis que l'interrupteur (encore plus à droite) sert à éteindre ou redémarrer l'ordinateur. Tapez votre mot de passe puis cliquez sur Log In.

Vous voici enfin sur votre bureau KDE. En fait, le bureau proprement dit s'appelle Plasma. Le nom KDE désigne l'ensemble formé par le bureau Plasma et les applications qui vont avec.

Une fenêtre d'accueil vous présente un peu PC-BSD. Ensuite, vous pouvez partir vous-même à la découverte de ce nouvel environnement de travail.

Image utilisateurCliquez sur l'image pour l'agrandir

En premier lieu, vous avez dû remarquer les trois raccourcis sur le bureau.

  • AppCafé : le "café des applications". Une interface conviviale pour choisir de nouveaux logiciels à installer.

  • Panneau de contrôle : Pour tout configurer.

  • Handbook PC-BSD : le manuel d'utilisation officiel de PC-BSD.

Regardez en bas à droite de votre écran. Vous y verrez plusieurs icônes de notification. Comme il y en a pas mal, je vais vous les détailler, de gauche à droite :

Image utilisateur
  • Les deux premières icônes à gauche sont des raccourcis que j'ai choisi de placer sur le tableau de bord pour y accéder rapidement. Pour l'instant, vous ne les avez pas.

  • Si vous cliquez sur le i entouré, et si le système a quelque chose à vous dire, il le fera. Typiquement, il vous indiquera ici qu'un téléchargement est terminé ou qu'il a fini de recopier tout le contenu du dossier Vidéos dans un dossier Films.

  • Si vous utilisez une méthode dactylographique particulière, vous pouvez la configurer en faisant un clic droit sur l'icône suivante (le clavier avec une Terre à gauche).

  • L'icône HP est là car j'ai une imprimante de cette marque et j'ai donc sélectionné HPLIP pendant l'installation (voir ci-dessus). Un clic droit sur cette icône permet de configurer les impressions. Mais ce n'est pas le seul outil pour ça (heureusement : toutes les imprimantes de sont pas de marque HP).

  • La petite icône "bouclier" n'a rien à voir avec la sécurité. Elle concerne les mises à jour. Quand elle est verte : tout est à jour. Quand elle est bleue, des applications que vous avez installées via l'AppCafé peuvent être mises à jour. Cliquez sur l'icône pour ouvrir le gestionnaire de mises à jour. Si elle devient jaune, c'est PC-BSD lui-même que vous pouvez réactualiser. Et si elle devient rouge, c'est qu'il faut absolument vous mettre à jour pour corriger un bug important.

  • On continue avec la formidable Bouée de sauvetage. Je vous la présenterai en détails.

  • Les ciseaux représentent le presse-papier (ce que vous avez copié et pouvez maintenant coller quelque-part).

  • Le contrôle du volume. Pas besoin de vous faire un dessin.

  • Les périphériques USB que vous avez branchées ou les autres partitions de votre disque dur. Ici, vous pouvez par exemple accéder à vos fichiers restés sous Windows.

  • Le petit triangle permet d'afficher des icônes supplémentaires, comme un agenda.

  • Le niveau de votre batterie. Il n'a de sens que si vous utilisez un portable. Dans ce cas, une icône wifi pourra aussi apparaître.

  • L'heure

  • Les plasmoïdes : des petits gadgets KDE.

Le menu principal s'ouvre en cliquant sur le logo en bas à gauche (la boule de feu). Les logiciels y sont classés par catégories. Et vous verrez que, quand vous en installez un nouveau, il se range automatiquement dans la bonne. Vous pouvez placer vos applications préférées dans l'onglet Favoris, où vous trouverez tout de suite, ou même sur le tableau de bord.

Pas la peine de vous en dire plus sur le bureau lui-même. On retrouve les mêmes principes que sur votre OS habituel (icônes, fenêtres, etc.). Le manuel de PC-BSD est là si vous voulez des précisions. Celui de KDE aussi : vous pouvez l'afficher en tapant Alt F2 puis help puis Entrée.

Image utilisateur
Example of certificate of achievement
Example of certificate of achievement