Partage

réalisation d'un générateur de courant

Sujet résolu
Le 11 avril 2013 à 12:20:06

Bonjour mes amis, une simple question : comment peut-on réaliser un générateur de courant ?

je sais que pour fabriquer un générateur de tension il suffit de garder des ions positifs dans une armature et des ions négatifs dans une autre d'un condensateur pour créer un champ électrostatique afin de forcer les électrons d'un circuit à circuler, lorsque les ions des deux armatures deviennent neutres, on dit que la pile est déchargé, (juste le principe du fonctionnement d'une pile :-); ) mais ce qui me gêne de plus c'est que ce générateur joue aussi le même rôle qu'un générateur de courant: il délivre des électrons dans le circuit !

svp pouvez-vous m'expliquer un peu plus ?

Publicité
Le 11 avril 2013 à 12:20:06
Le 11 avril 2013 à 18:42:10

D'un point de vue physique, c'est la même chose, un générateur de courant est à la base une source de "tension" : pile, batterie, etc.

Si on parle plutôt "électronique réelle", un générateur de courant c'est une source de tension qui délivre un courant donné quelque soit la charge, donc en vertu de la loi d'ohm, c'est la tension qui sera la variable d'ajustement.

Le 12 avril 2013 à 9:57:18

D'un point de vue theorique, Il existe une equivalence entre generateur de tension et de courant (voir theoremes de thevenin et de Norton).

D'un point de vue plus pratique, une generateur de tension est un generateur possedant une impedance faible comparee a sa charge (une variation de la charge va entrainer une faible variation de la tension de sortie, c'est le courant qui change).

Au coontraire un generateur de courant est un generateur possedant une grande impedance comparee a sa charge (une variation de la charge va provoquer une forte variation de la tension de sortie, le courant restant a peu pres constant).

Sur des montages de puissance, on rajoutera une self en serie sur une source "de courant" (pas de discontinuite du courant dans une self, forte impedance a hautes frequences).

Ou on rajoutera un capa en // d'une source de tension (pas de discontinuite de la tension aux bornes d'une capa, faible impedance a hautes frequences)

Le 13 avril 2013 à 13:10:16

D'accord j'ai compris tous ce que vous avez m'expliquer, et pour éclairer mes idées un peu plus, pouvez vous me renseigner sur les techniques utilisées pour fabriquer les deux générateurs ?

je cherche aussi un pdf, ou un lien où je peux étudier d'une manière détaillée l’amplificateur opérationnel.

peut être que vous allez me répondre : "aller sur google et taper ce que tu cherche". oui mais le problème c'est que je n'ai pas trouvé un pdf qui explique bien comment peut-on conclure tous ces magiques formules concernantes l'Amplificateur Opérationnel. je ne sais pas peut être que je suis un peu stupide hhhhhh...

merci merci, je suis très fière de vos réponses.

-
Edité par jamalkamal le 22 avril 2013 à 16:36:22

Le 21 avril 2013 à 22:52:39

Le site Sonelec et plus précisément sur cette page, explique bien la fonction des éléments basiques d'un circuit électronique  quand tu auras bien saisi le fonctionnement des transistors et des AOP, les générateurs seront faciles a comprendre.

La technique la plus utilisée est la technique dite d'asservissement, un circuit sert de "robinet" envoyant plus ou moins de courant ou de tension, un autre circuit, mesure la quantité a surveiller (courant ou tension), et joue sur le premier circuit, augmentant ou diminuant le débit quand le besoin s'en fait sentir.

Le 21 avril 2013 à 23:14:40

Pour dire simplement, un amplificateur opérationnel (ou AOP) se décrit comme ça:
  • Deux pattes d'alimentation, comme pour n'importe quel circuit electronique, il faut alimenter l'AOP: Une patte "-" a laquelle on connectera le - de l'alim, et une patte "+" tu devines ce qu'on en fait...
  • Deux entrées, qui ont une grande impédance (elles se comportent comme un circuit ouvert ou comme ton voltmètre  elles ne prélèvent quasiment pas de courant mais elles mesurent la tension que tu leur applique). Une entrée + et une -, tu applique dessus les 2 tensions a comparer.
  • Une sortie, sa tension est égale a une équation:

     U={(Tension de l'entrée +)-(Tension de l'entrée -)}x(une valeur très grande, généralement assimilée a l'infini)
 


il existe deux facteurs limitants ce résultat:

     1.Cette tension de sortie,n'est pas produite ex-nihilo, elle provient des pattes d'alimentation, donc, si le résultat de l’équation n'est pas compris entre les valeurs de tension des deux pattes d'alimentation, la tension de sortie sera égale a celle de la patte d'alimentation qui la limite.

Par exemple, si la tension de sortie devrait être de +24V mais que les pattes d'alimentation fournissent respectivement -15V et +17V, la tension de sortie sera le plus proche possible de +24V et donc égale a +17V environ.
 
     2.Le circuit de l'AOP n'est pas parfait, et, le conduit qui amène la tension de l'alimentation jusqu’à la sortie comprend un certain nombre de jonctions PN, qui ont pour propriété de faire chuter la tension du courant qui les traverse.

Dans l'exemple ci dessus, la tension de sortie ne sera pas égale a +17V, mais souvent limitée à +14,5V pour un circuit de qualité moyenne.

-
Edité par a5er le 21 avril 2013 à 23:27:27

Le 22 avril 2013 à 16:42:18

ça me fait plaisir de tout ce que tu m'as écrit mon ami "a5er", le site web que tu m'as indiqué est très intéressant, merci encore...

et pour vous aussi mes amis.

Le 22 avril 2013 à 21:46:31

En gros un générateur de tension a une impédance de sortie très faible.

L'équation U=E-RI avec R très faible donne U à peu près constant à toute variation de I.

Une batterie au plomb peut presque être considérée comme un générateur de tension.

Les plus connus en électronique sont les régulateurs de tension: U reste très constant quelque soit I, à condition de rester dans les limites du composant.

Un générateur de courant est souvent constitué d'un transistor par exemple un bipolaire NPN dont la base est à une tension fixe (une zener ou quelques diodes rendent la jonction base-emetteur passante) le collecteur sera la source de courant, et l'émetteur est relié à une résistance, dont la deuxième borne est reliée à la masse, ou au coté négatif de l'alimentation. Cette résistance fixe l'intensité dans l'émetteur et donc par définition du collecteur, le courant de colleteur sera donc fixe et sera égal, à quelque chose près, à celui de l'émetteur, et donc I=U/R (U étant la tension d'alimentation et R la résistance d'émetteur).

On peut utiliser aussi un FET, le montage est encore plus simple...

Si on met une résistance (par exemple) sur ce montage, en série sur le collecteur, l'intensité qui la traversera sera la même quelle que soit cette résistance. C'est la tension au bornes de la résistance que va varier.Encore une fois, il ne faut pas que la R*I(fixe) dépasse la tension d'alimentation, autrement ça ne veut rien dire.

Par exemple avec un générateur de 1mA si tu mets une résistance de 1k tu vas obtenir 1V à ses bornes, pour une résistance de 10k ce sera 10v... etc

Pour faire un parallèle avec les AOP les générateurs de courants sont très utilisés sur les émetteurs des montages de transistor en différentiel (un des étages principaux de l'AOP) et pour polariser des transistors.

-
Edité par philippe83 le 23 avril 2013 à 0:37:24

Le 23 avril 2013 à 10:43:10

merci philippe83 :)
Le 23 avril 2013 à 12:42:01

Je sais pas vous ,mais moi je le trouve vraiment sympatique ce jamalkamal ;)
Vive la chimie, Vive l’électronique et la programmation, Vive l'astronomie,vive les Sciences ! 
Le 23 avril 2013 à 13:33:01

je suis fière de votre commentaire "Uzrok" :D

merci

Le 23 avril 2013 à 20:26:54

De rien mon cher ami, je le suis tout autant pour le votre :lol: 

(vraiment sympathique rien redire :p)

-
Edité par Uzrok le 23 avril 2013 à 20:27:20

Vive la chimie, Vive l’électronique et la programmation, Vive l'astronomie,vive les Sciences ! 

réalisation d'un générateur de courant

× Après avoir cliqué sur "Répondre" vous serez invité à vous connecter pour que votre message soit publié.
  • Editeur
  • Markdown